[Carnet 004] – L’engagement : Moi président…

Le groupe de jeunes malgache, en terme d’organisation,  fonctionne comme une petite association, avec des personnes que l’on élit.
Dans une autre vie j’étais président du groupe de jeunes… Un titre, comme on aime bien s’en donner de nos jours, pour des personnes qui recherchent de la reconnaissance. A l’époque, je voyais le titre de président comme la personne providentielle qui pouvait faire beaucoup de choses. Les présidents de groupe de jeunes avant moi m’avaient fait grandir par leurs façons de faire (plus ou moins bonne avec le recul) mais surtout par leur passion.
Pour ne pas faire comme les autres, j’étais un président qui n’a jamais été élu (par 2 fois). Tout ça pour dire que j’étais premier responsable du groupe de jeunes, non pas par choix mais plutôt par circonstances.
Face aux responsabilités, j’ai rarement vu des jeunes bondir de joie quand on devait se dire : OK on va choisir des responsables. Parce que même si les titres, ça fait classe, un jeune qui regarde un instant la grandeur de la tache à accomplir va naturellement se dire que c’est trop dur.
Avant une élection de responsables, j’avais fais un message sur les profils de personnes qui venaient dans le groupe. Je les avais mis en 4 catégories : Les « Je peux pas », « Je peux pas mais je veux », « Je peux mais je veux pas » et les « je peux et je veux ». A l’époque quand je racontais ce message,  je mettais en avant que nous avions tous des talents et qu’il fallait les montrer. Je mettais un coup de pression aussi, pour dire que c’était un engagement envers les autres jeunes, mais aussi devant Dieu, et que dire oui ou non, c’est dire oui ou non à Dieu. Bref, le bon truc pour te faire sentir mal à l’aise.
Un passage biblique dans la lettre de Paul aux Corinthiens(*) , nous pose la vraie question : As-tu besoin d’un titre pour que l’on voit que tu es disciple de Christ ? Le passage nous dit également que  c’est Dieu qui nous rend capable, qui donne les talents (v5).
J’en ai fais l’expérience. Une seule fois j’ai déclaré que je voulais être président du groupe de jeunes, et…  je n’ai pas été élu. Un excès d’orgueil bien placé, je pense. De nombreuses fois, je n’avais pas envie de m’engager, mais tel Jonas qui fuyait, si Dieu a un plan, si Il décide que tu as un rôle, tu auras un rôle. Son temps n’est pas le tien.
Pour en finir avec le mythe du président : le président n’est pas la personne providentielle, et c’est ça qui fait peur. Parce que dans ce cas tu n’as plus de responsable pour crier dessus. Il te reste toi avec les 4 profils : Les « Je veux pas », « Je peux pas mais je veux », « Je peux mais je veux pas » et les « je peux et je veux ». Ce qui est rassurant pour quelqu’un qui se dit en Christ, c’est que tu ne restes pas seul.
Un pasteur nous racontait sa jeunesse et sa conversion. Il ne savait pas quoi faire au départ. Il est allé voir les responsables. Et il demanda une question : « Que puis-je faire pour aider ? » Quand nous ne voulons pas nous cherchons des excuses. Quand nous voulons, nous cherchons des solutions. La vraie question est : « est ce que je veux ? » car si c’est notre volonté Dieu agira dans ce sens, et même les « je ne peux pas » d’aujourd’hui ne seront plus des obstacles.
Aujourd’hui nous faisons la course pour avoir les bons papiers pour montrer aux autres qui nous sommes, ce que nous faisons (une carte d’identité, un diplôme…). Les règles sont ce qu’elles sont. Il écrit que nous devons respecter nos dirigeants. Mais pour montrer à Dieu qui nous sommes, les titres ne sont pas suffisants. Dieu va regarder parmi les 4 profils, sans les titres. Nous n’avons pas besoin de titre pour être engagé. Parfois il faut un titre pour révéler des personnes. Mais Dieu va regarder au coeur, pour choisir des personnes.
Alors avec ou sans titre, ne fait pas les choses pour faire (uniquement ?) plaisirs aux gens, fais les parce que tu le veux, parce que tu sens que ça fait avancer les choses, parce que tu sens que Dieu t’as mis quelques choses sur ton coeur sur tel ou tel projet. Dieu ne te laisse pas seul pour les choix, il te laisse son Esprit. Avance avec Dieu, ton temps est limité.

Source : Message sur l’engagement – 1999

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *