[Carnet 003] – Les 10 commandements : arrêtons la comédie !

En prenant ces notes en 1996, il ne me restait plus que la liste des 10 commandements. A l’époque, cela devait representer le plus important à retenir. Mais avec le recul, cela apparait insuffisant.

Source : Retraite Sainte-Baume : 5 et 6 juillet 1996

Plus qu’une mise en scène, les 10 commandements ça sort bien de la Bible. L’histoire commence avec la vie de Moïse et va se terminer au mont Sinaï où ce dernier va recevoir les 10 commandements. Mais attardons nous un peu plus sur le contenu de ces commandements : on y parle de respect et d’honneur.
Nous devons rendre honneur à Dieu et rendre honneur à nos parents. Il y a une liste de « do and don’t » (fais ça, fais pas ça).  De même après, il y a la notion du respect du prochain, de l’autre qui n’est pas moi, accompagnée de sa petite liste aussi de « do and don’t ».
A cause de ces petites listes « do and don’t », des personnes n’adhèrent pas ! Typiquement le : « c’est trop de règles, je préfère faire comme je veux ».
D’autres détournerons les paroles, pour attaquer les gens, ou pour se faire plaisir.
Par exemple, Il est écrit (v.8) : « souviens-toi du jour du repos » >>> OK j’ai un jour pour faire rien ! Et en fait en lisant plus : «  Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. »  Nous savons devenir des personnes à dissonance cognitive : le fameux «oui mais ».
En voici quelques exemples :
La Bible dit : tu ne tueras point. Oui mais cette personne qui a fait toute ces atrocités ne mérite pas de vivre.
Tu ne déroberas point. Oui mais tu as vu ces sociétés de musique qui se font de l’argent sur notre dos, je préfère aller télécharger.
Tu ne porteras pas de faux témoignage. Oui mais tu sais, il parait que untel et untel…
Honore ton père et ta mère ! Oui mais quand j’étais jeune, ils me retenaient prisonnier dans leur maison pour que je fasse mes devoirs !
Bref, les exemples sont à la pelle, et peuvent être complètement délirants.
Pourtant ce sont ces même commandements qui vont bâtir la société dans laquelle nous vivons. Nous sommes invités légalement à ne pas travailler le dimanche (même si maintenant, il y’a beaucoup de « oui mais »). Nous n’avons pas le droit de tuer. En plus du dommage financier, au départ il y a un dommage moral, à tromper son époux ou sa femme. La société a créé des lois qui se base sur les 10 commandements. On n’aime pas la source, mais on est d’accord avec la source (encore un « oui mais » ?).

C’est là qu’il faut changer de point de vue (ou paradigme comme diraient certains). Car si on s’en tient à respecter la loi, on ajoute des lois aux lois. Des notes que j’ai pris la première fois  (en 1995!), sur les 10 commandements, il ne me reste que  la list de « do and don’t ».

La procédure par laquelle fut présentée la loi, était destinée à donner au peuple la notion de la Majesté divine. Elle avait aussi pour but de convaincre les enfants d’Israël de leurs propres fautes et de leur montrer qu’ils ne pouvaient se présenter directement devant Dieu. (extrait de commentaires bibliques).

Avant d’annoncer la « liste »  Dieu redis ce qu’il a fait le pour son peuple, et montre que le peuple ne peut pas se présenter devant Lui sans être préparé.
Après, la « liste », le peuple a peur est n’ose plus s’approcher de Dieu. Notre réalité montre que nous n’arrivons pas à suivre ses lois (voir exemples plus haut).

Heureusement, la Bible ne s’arrête pas dans l’ancien testament.

Faire de la liste une finalité va conduire à une vie austère plein de contraintes. La finalité n’est pas la loi, mais l’auteur ! Dieu envoie Jésus dans le nouveau testament pour accomplir la loi.
Tant que notre point de vue face aux  lois reste : « oui mais tout le monde… », nous vivons sous la contrainte. Le changement de point de vue va amener à se dire : « oui mais Jésus… » (de nombreux exemples dans le nouveau testament !) va nous faire aller de l’avant. Et nous ne ferons plus les choses pour avoir l’amour de Dieu, mais parce que nous aimons Dieu.

Le final de la  comédie musicale « les 10 commandements »  se termine avec le chant « l’envie d’aimer » .

Ce sera nous, dès ce soir
A nous de le vouloir
Faire que l’amour
Qu’on aura partagé
Nous donne l’envie d’aimer
N’aime pas les lois ! Le nouveau testament nous dit qui aimer.
Un des spécialistes de la loi, qui les avait entendus discuter, vit que Jésus avait bien répondu aux sadducéens. Il s’approcha et lui demanda : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus répondit : « Voici le premier : Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. Voici le deuxième : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. »  (Marc 12.28-31)

[Carnet 002] – 5 vérités à garder à l’esprit pour un jeune (chrétien?)

Le double jeu, l’infidélité, l’hypocrisie, la manipulation… Suivant avec qui nous nous trouvons, nous pouvons devenir des personnes totalement différentes. Et pourtant ce dédoublement (voir plus que dédoublement) d’identités ne joue pas à notre avantage.  Voici 5 vérités qui replace la vie d’un jeune dans son contexte biblique.
Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier ? En se dirigeant d’après ta parole. (Psaume 119.9)
Garder l’idéal d’une vie pure. La lecture de la Bible, si elle n’est pas un rituel mais un vrai temps de reflexion va orienter tes choix, tes décisions. Les versets ne s’apprennent pas par coeur ! C’est à force de les voir, lire, relire, les mettre en contexte qu’ils finissent par rester dans nos coeurs.
Il est bon pour l’homme de porter le joug dans sa jeunesse. (Lamentations 3.27)
Le jeunesse n’est pas facile. Chaque épreuve que tu vas traverser va forger ton caractère. C’est dans la jeunesse que l’on va prendre les habitudes : les bonnes et les mauvaises. Au bout de 10, 15 ans à faire des habitudes, sans remise en question on en arrive à la phrase qui tue toute ambition : on a toujours fait comme ça.
Exhorte de même les jeunes gens à être modérés, te montrant toi-même à tous égards un modèle de bonnes oeuvres, et donnant un enseignement pur, digne (Tite 2.6-7)
Sauf exception, un jeune qui a donné peu dans sa jeunesse, donnera peu en étant adulte. Chaque jeune a un rayonnement dans les situations où il va se trouver. Les réactions que tu vas avoir, va définir  les personnes que tu vas fréquenter.
La force est la gloire des jeunes gens, Et les cheveux blancs sont l’ornement des vieillards. (Proverbes 20.29)
Le jeune doit savoir être altruiste. Les jeunes dépassent très vite les parents dans certains domaines (et pas que physiquement). Ils savent faire les choses. Mais l’écoute des anciens est importante, car cela permet de savoir pourquoi faire les choses.
Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton coeur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton coeur et selon les regards de tes yeux ; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement. (Ecclésiaste 11.9)
Vas-y fonce, fais comme tu sens, mais n’oublie pas que Dieu voit ce que tu fais, même en cachette.
La vie est faite de choix. Ne pas faire de choix est déjà un choix.

Extraits – Retraite STK – Juillet 1996